T'es une merveilleuse tu sais ça. On peut pas être sûr de tant de sublime. Forcément on doute. On interroge de oules et même de superstitieuses voyantes. On veut être certain que c'est possible autant d'exquis. Qu'elle a su se concentrer la pulpe de l'ombre. On doute. Les comme moi ils veuelnt pas y croire. Ils en viennent à sboter des merveilles. J'ai jamais pu espérer la beauté. Je me suis méfié du plaisir. Mais y a des moments, aussi méfiant, aussi fiévreusement inquiet tu peux pas t'empêcher. Ca craque sous ton épderme, partout, ça fait des ruptures qui grimpent sur ta peau et forcément tu cèdes. L'éblouissement ça nous attire. Petits moustiques. C'est un chemin bien plat, comme ton ventre. Tu vois j'ai la fuite dans le patrimoine génétique. Papa est pendu maman est en bas. Ca met des troubles un peu partout dans la raison. L'intelligence elle se conduit perfusée d'alcool, sédatée. Y a des choses on y peut rien. Des douleurs qui vous font fuir de l'Univers. Comment tu sors de l'infini ? Par le bas. Dans le trop grand on m'a appris qu'à courir plus loin. Et si on peut pas, on m'a dit de mourir épuisé.