25 avril 2009

Fiasco

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Quand je suis sorti vers dix heures, j'ai menti avec remords. Le type était sympa, étriqué dans sa bienséance il avait oublié le non dans un vieux dico. Dans la gorge, des nœuds, de l'étroitesse. J'ai fait passer un demi pain au chocolat dans un conduit crevé. Du jus de pamplemousse aussi amer que le voyage. Je suis sorti et je n'ai pas payé. J'ai franchi la porte sur un mensonge. Je me suis dit. Il fallait bien que quelqu'un se fasse baiser en... [Lire la suite]
Posté par boudi à 12:50 - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 avril 2009

Viol

Je me suis dit que je n'allais pas payer en sortant. Je me suis dit qu'il fallait bien que quelqu'un se soit fait baiser.
Posté par boudi à 06:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2009

Libre

Ici. La moralité d'immoral, le gouffre, Mr précipice s'en va. Il n'a plus de sens, aveugle et glacial. Mr va promener son cul sur les décombres de son amour. Va pleurer un coup au bar des habitudes. Droit dans le néant. J'ai l'integrité en hymne. Vociféré. Comment comprendre que l'adultère caustique est une construction, un sans tangible. D'anévrismes rompus. Je suis libre.Alors pourquoi me senté-je si mal ?
Posté par boudi à 15:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 avril 2009

Les ensorcelés.

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> L'insomnie ça vous colore les sens. Ca met du vacarme là où y a que silence. Du délicat et du puissant. Pas un cornet râlant de vieillard croupissant. De l'orgue agacée. Dix mille tubes à symphonie, des érectiles, droits, fûts à ivresse, vin berceuse. Des matrices à génie. Bartock qui pisse des notes. Mille millions de tuyaux qui vous survolent les veines, s'enfoncent. Ca vous colore la vue l'insomnie, ça barbouille de turquoise la mer noire de... [Lire la suite]
Posté par boudi à 18:59 - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 avril 2009

Vertige

L'écriture m'excite. Mon aphrodisiaque. Mon extase. Ma masturbation. Je crois que. Ouais. C'est ma langue, mon verbe que je branle au lieu de mon sexe délaissé. C'est comme si j'éculais de la littérature. Et attends. Pas de l'uniforme blanche visqueuse. De la polychrome, absurde de teintes et de variations, d'effluves et de saveurs. En phase primaire. Amorcée. La littérature maladie qui fait vomir des arc-en-ciel, des arches assassines, de "je" sournois. Trois mille six cent couleurs. C'est moi le bleu de Klein et les... [Lire la suite]
Posté par boudi à 18:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]